Taroudant

La petite Marrakech

Au pied des montagnes

Désert, En amoureux, Nature, Shopping

RetourRetour

Ajouter au trip

Taroudant, ville médiévale, surnommée, "la petite Marrakech", surprend par la couleur fauve de ses remparts, le pittoresque de ses souks et l'agitation fébrile des petits cafés sous les arcades de la Place Assarag. Située à l'intersection de la vallée du Souss et des montagnes du Haut-Atlas, Taroudant tient une place importante dans l'histoire du Maroc. Également réputée pour son artisanat et ses bijoux berbères en argent, elle attire de nombreux touristes venus du monde entier chercher la douceur de Taroudant et l'art de vivre berbère dans un climat tempéré tout au long de l’année.

Taroudant fait partie des villes importantes et des plus anciennes du Maroc, au patrimoine architectural, culturel et historique indéniable. Sa création remonterait à une période antérieure à l'occupation romaine. Elle fut un poste avancé de l'armée romaine portant le nom de Vala, dans la zone gétule (zone au sud de la maurétanie tingitane, hors du contrôle de Rome) et de ce fait a connu une lutte sans merci des Berbères contre l'occupation romaine. Taroudant est au XIe siècle la capitale d’un petit royaume chiite "royaume des Bajjalis". Annexée par les Almoravides en 1056, indépendante sous les Almohades, elle est détruite en 1306 par les Mérinides.Taroudant connaît une période de prospérité au cours du XVIème siècle. Elle devient en effet une capitale de la dynastie des Saadiens, dirigée alors par Mohammed ech-Cheikh qui donne à cette ville la fonction stratégique de point de départ des attaques en direction des Portugais, alors en place à Agadir. Elle devient alors un centre caravanier important, célèbre pour l’abondance et la qualité de ses marchandises : sucre, coton, riz, etc. La prospérité de Taroudant se maintiendra tout au long du XVI ème siècle. Après les Saadiens et en l’absence d’une autorité centrale puissante, la ville allait se soustraire au pouvoir mais finira par passer sous l'égide du sultan alaouite Moulay Rachid en 1669-1670., puis celui du sultan Moulay Ismaïl en 1687.Comme toute la région, Taroudant a souffert de la fermeture du port d’Agadir, à partir de 1760. Elle s'est repliée derrière ses remparts jusqu'en 1912, date à laquelle le rebelle El-Hiba Bin Ma'a El Aïnine fit de la ville le centre de sa résistance à l’armée française jusqu'en 1914.  

L’origine de ce nom berbère Taroudant est énigmatique. Certaines légendes associent ce nom à une princesse syrienne qui s’est installée dans la région et qui portait le nom de "la Reine Roudana", tant que d’autres l’expliquent par la phrase berbère "Taroua ddante" qui veut dire "Les enfants ont été emportés par l’eau" que cria une femme berbère qui faisait sa lessive au bord du fleuve quand les crues emportèrent ses enfants.

Se Connecter


Votre Espace


Se connecter avec facebook


Nouveau ?

> S'inscrire

> Mot de passe oublié